La chorale des maîtres bouchers

De quoi le destin est-il fait? Qu’est-ce qui détermine l’enchaînement des événements de notre vie? Pour Fidelis Waldvogel, un vétéran allemand de la « sale guerre », la réponse se trouve dans une valise. Une valise remplie de saucisses fumées. 

1922. Après avoir fait sa compagne de l’épouse d’un ami tombé au combat, un maître-boucher débarque en Amérique et, comme tant d’autres immigrants, y arrive sans un sou mais déterminé. Son rêve: s’établir à Seattle mais pour s’y rendre, il faut prendre le train. Comment faire sans argent? On paie en saucisses. Et que fait-on quant les saucisses viennent à manquer? On s’arrête au beau milieu du trajet: Argus, Dakota du Nord. Autant dire, nulle part.

Ce bout du monde est toutefois peuplé de personnages fascinants bien que parfois inquiétants: D’abord Cyprian, l’acrobate Ojibwé, un survivant de la guerre lui aussi, mais dans le camp adverse à celui de Fidelis; Delphine sa compagne et assistante, véritable table humaine sur laquelle Cyprian s’appuie pour dépoyer ses montages d’équilibriste; Roy Watzka, le père de Delphine, qui ne dessoûle jamais et dont la maison aux relents méphitiques cache un lourd secret; Tante, la vieille chipie, la sorcière d’Hansel et Gretel. Qu’on se plaît à la détester celle-là qui, en 1934, alors que la pourdière allemande est au bord de l’explosion, ne rêve que de rentrer au pays avec les enfants de Fidelis, pour y parfaire leur éducation, dit-elle.

Si les parents ont été marqués par la première guerre, leurs enfants eux ne seront pas épargnés par la seconde. Cette partie du siècle n’était décidément pas de tout repos.

Une belle écriture que celle de Louise Erdrich. Pas d’extravagance mais un solide roman tout de même.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s