L’archipel des hérétiques

Si le fait de lire dans les transports en commun en position assise ou debout est sommes toutes assez anodin, en revanche, poursuivre cette activité en marchant du métro au travail ou inversement; fendre la foule à l’aveuglette, gravir de mémoire des marches d’escalier ou franchir des portes tournantes en terminant une phrase relève plutôt de l’opération kamikaze. C’est ce que ce livre m’a obligé à faire. Je ne saurais donc que vous en déconseiller fortement la lecture.

Pourtant, il ne s’agit pas ici d’un roman mais du récit d’une tragédie maritime écrit par un historien, spécialiste de l’Âge d’or hollandais. Il faut dire que la matière de son ouvrage est, en soi, passionnante. Le naufrage du Batavia au large des côtes australiennes au printemps de 1629 avec plus de 320 passagers et membres d’équipage à son bord fut sans doute spectaculaire. Idem du voyage improbable (mais réussi) de 3000 kilomètres qu’effectuèrent le capitaine et une poignée de marins dans un canot de fortune pour aller chercher du secours. Mais c’est surtout en raison de la folie meurtrière qui frappa les survivants de l’Archipel que l’histoire du Batavia a traversé les époques pour se rendre jusqu’à nous. Parce qu’un obscur apothicaire réussit à se hisser au rang de chef incontesté des rescapés et à installer sur les îles un climat de terreur tel qu’il lui permit d’orchestrer le massacre de plus d’une centaine d’hommes, femmes et enfants. Pourtant, Jeronimus Cornelisz était de nature plutôt frêle. Il aurait sans doute pu être maîtrisé par plus d’un survivant, matelot ou soldat. Personne ne le fit. Voilà qui donne à réfléchir sur la nature humaine.

Mike Dash s’attarde à expliquer les origines possibles du comportement meurtrier de Cornelisz. Ce faisant, il nous brosse un tableau captivant des courants hérétiques dans lesquels baignait l’Europe et particulièrement la Hollande à la fin du 16e siècle ainsi qu’au début du 17e: Antinomisme, gnosticisme, « fraternité de l’Esprit libre ». On y découvre au passage un peintre intriguant, Torrentius, jouisseur impénitent et rosicrucien avec qui Jeronimus aurait sans doute fraternisé.  Quoiqu’il en soit, les interprétations proposées par Dash demeurent peu convaincantes au regard des faits. Cornelisz semble s’être très vite adapté à l’exercice du droit de vie ou de mort. Il a utilisé ce droit parce qu’il le pouvait et que sa nature l’y incitait. Chercher une base philosophique ou mystique à ses actions semble superflu. Ça me rappelle un livre de Houellebec, je ne sais plus lequel (peut-être Plateforme), où des paumés ayant commencé à accomplir des meurtres d’enfants sous le couvert de pratiques sataniques finissent par abandonner l’excuse de ces rites bidon pour se concentrer sur l’exercice d’une violence pure et totalement gratuite. C’est d’ailleurs ce qui arrive aux meurtriers de l’Archipel. Au début, les crimes étaient perpétrés sous l’apparence de la justice puis, avec le temps, on prit de moins en moins la peine de les légitimer. Le vernis de la civilisation disparaît de manière étonnamment rapide lorsque les circonstances s’y prêtent.

Il faut lire également la description des conditions dans lesquelles s’effectuaient les longs voyages en mer à cette époque. Plus de 7 mois dans une exiguïté inhumaine; des conditions sanitaires épouvantables.

C’est la synthèse du naufrage écrite par Simon Leys (voir mon billet précédent) qui m’a mise sur la piste de cet ouvrage étonnant. Un travail érudit qui, bien que ponctué de notes infra-paginales, demeure paradoxalement abordable par le lecteur moyen. Tout un exploit.

***

DASH, Mike. L’archipel des hérétiques. Paris: JC Lattès, 2002, 478 p. ISBN 2709623552

***

Vérifier la disponibilité de l’ouvrage

Publicités

Une réflexion sur “L’archipel des hérétiques

  1. Passionnant ,mais si vous aimez cette littérature,allez sur le site
    http://lesamisdebougainville.wifeo.com ou procurez vous le roman historique: »La malédiction de la tortue » thebookedition.com
    qui raconte l’épopée extraordinaire d’Ahutoru parti à bord de la »Boudeus » de Bougainvillepremier ….Bravo et merci à votre site

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s