Caïn

Dernier roman à être publié avant la mort de l’auteur survenue le 18 juin 2010, Caïn apparaît à rebours comme le testament littéraire et moral d’un écrivain humaniste qui n’a pas attendu l’arrivée récente du mouvement des indignés pour prendre le parti des plus faibles.

Critique face aux dérives du néo-libéralisme et signataire du manifeste de Porto Allegre, Saramago s’est toujours très clairement associé au mouvement altermondialiste. Son engament politique l’a d’ailleurs conduit à se présenter aux élections européennes en 2009.

Figure emblématique de l’artiste engagé sur un plan social et politique, José Saramago est, de plus, ouvertement athée et particulièrement critique face à la tradition judéo-chrétienne dont il est issu. C’est d’ailleurs en quelque sorte à une visite guidée de l’Ancien testament que nous convie l’auteur dans cet ouvrage dont le propos est essentiellement de démontrer l’inacceptabilité morale des valeurs véhiculées par le texte fondateur de notre civilisation.

« La Bible est un manuel de mauvaises mœurs« ¹ dira Saramago lors de la présentation publique de son livre. De fait, la plupart des histoires bibliques présentées ici par l’auteur, paraîtront, sous sa loupe, bien peu propices à l’élévation de l’âme. Caïn sera notre guide tout au long de cette relecture où seront rejoués, dans l’ordre et dans le désordre, plusieurs épisodes célèbres du texte sacré. Condamné par Dieu à errer de par le vaste monde après le meurtre de son frère Abel, Caïn franchira avec nous toutes les époques pour être le témoin à la fois désabusé et critique des dérives du Seigneur.

Le voici aux côtés d’Abraham alors que celui-ci s’apprête à sacrifier son fils Isaac pour obéir au Seigneur. L’ange dépêché par Dieu étant en retard, c’est Caïn qui doit s’interposer pour arrêter le bras meurtrier de ce père dénaturé. Plus tard le voilà assistant, incrédule, à la déchéance de Job que Dieu a ruiné et couvert de gales après avoir fait mourir ses 10 enfants. Et ce sot qui continue pourtant à louer le Seigneur. Caïn sera également présent lors de l’anéantissement par le feu de Sodome et Gomorrhe où périront sans distinction hommes, femmes et enfants. Tous ces événements sont le fait d’un Dieu égoïste et capricieux qui ne mérite certainement pas le culte qu’il réclame.

(…) il y a une chose que je sais, que j’ai sûrement apprise, Et c’est quoi, Que notre dieu, le créateur du ciel et de la terre, est complètement fou, Comment oses-tu dire que le seigneur dieu est fou, Parce que seul un fou sans conscience de ses actes accepterait d’être le responsable direct de la mort de centaines de milliers de personnes et de se comporter ensuite comme si de rien n’était, sauf que, finalement, il ne s’agit pas de folie, de folie involontaire, authentique, mais bien de méchanceté pure et simple (…) (p. 127)

Notez que, dans cet extrait, j’ai respecté scrupuleusement la ponctuation du texte original. Si cette mise en page vous laisse perplexe, c’est peut-être que vous n’êtes pas familier avec la méthode Saramago dont j’ai déjà eu l’occasion de parler dans un billet précédent.

Pour en revenir au sujet du roman, je dirais que le point de vue proposé par José Saramago sur la Bible me parait tellement aller de soi, qu’à certains moments j’ai eu l’impression d’enfoncer avec lui des portes déjà grandes ouvertes. Peut-être, après tout, ne faut-il voir dans l’Ancien testament qu’une sorte de conte cruel comparable à ceux remplis d’ogres et de sorcières qui ont bercé notre enfance? Quoi qu’il en soit, Saramago reste un formidable conteur et c’est toujours un plaisir renouvelé que de le suivre partout où il lui plaît de nous conduire.

Au fait, tout ça m’a donné envie de relire quelques unes de ces histoires dans le texte original. Il doit bien me rester une vielle Bible quelque part dans le fond de ma bibliothèque. Pas sûr que ce soit l’effet que souhaitait produire Saramago cependant…

***

SARAMAGO, José. Cain. Paris: Seuil, 2011, 170 p. ISBN 9782021026603 (traduit du portugais par Geneviève Leibrich)

***

Ces Blogs ont également commenté le roman: Les caprices d’Angel; Le blog de Schlabaya; Exergue; Impressions sur livres; Les plaisirs de Mimi; Tournez les pages; Soif de lire;

***

Voir la fiche du livre sur Babelio

***

Vérifier la disponibilité de l’ouvrage:

***

¹ « La bible satanique de Saramago » IN Le Point (http://www.lepoint.fr/livres/la-bible-satanique-de-saramago-16-02-2011-1296172_37.php)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s