Un monde sans fin

J’ai connu un léger passage à vide, côté lecture, récemment. Deux ou trois romans me sont littéralement tombés des mains. Oubliés dès que refermés. Ces choses-là arrivent parfois. Aussi me suis-je dis, entre temps, pourquoi ne pas vous parler du roman monumental de Ken Follet, Un monde sans fin que je viens tout juste de terminer en version audio.

Les 1285 pages du livre représentent plus de 54 heures d’écoute. Ça paraît énorme comme ça mais je vous dirais que, paradoxalement, le temps m’a semblé très court. J’ai essentiellement écouté ce roman en m’entraînant au gym et, grâce à lui, les sessions de cardio sur tapis roulant m’ont semblé beaucoup moins ennuyeuses. J’en redemandais même, anticipant avec plaisir le moment où je pourrais enfin reprendre le fil de ce récit fascinant. Bien que ce ne soit pas ma première expérience de la sorte, l’état dans lequel me plonge l’écoute d’un roman audio m’étonne toujours un peu: Je cours, soulève des poids, m’étire dans tous les sens mais en même temps, je ne suis pas là: Je suis au 14e siècle avec Merthin le pontier, le bouillant Ralph, mère Caris la guérisseuse, Gwenda et l’imbuvable prieur Godwyn. Au final, si les bénéfices de mes efforts physiques demeurent, hélas, bien relatifs, je me suis au moins amusé et le voyage imaginaire que j’ai fait en valait la peine.

Les voix ici sont évidemment magnifiques et l’histoire bien ficelée ne laisse pas de répit. Bien que les personnages y abondent, aucun n’est laissé en plan et on ne ressent jamais l’impression d’être perdu au milieu d’une galerie de figurants dont on ne saurait plus trop qui est qui, comme il arrive parfois. Au contraire, tous les éléments ont leur utilité si bien que chaque détail semé en germe au début du livre revient éclore au moment opportun. On ne peut qu’admirer le mécanisme bien huilé de ce récit ambitieux et documenté qui se déploie comme une symphonie et où chaque personnage a sa partition à jouer.

Rassurez-vous, je ne tenterai pas de résumer cette histoire complexe. Précisons simplement que l’action se déroule à Kingsbridge, le village fictif inventé par Ken Follet pour son roman précédent, Les Piliers de la terre et que près de 200 ans ont passé depuis l’érection de la Cathédrale qui était au cœur du premier livre. Cette fois encore, les protagonistes du roman ne l’auront pas facile. Leurs projets seront constamment compromis par des intérêts contraires, quand ce ne sera pas par la peste elle-même.

C’est curieux, récemment je discutais de ce roman avec mon frère qui m’expliquait en avoir justement abandonné la lecture, excédé qu’il était d’assister page après page à une accumulation incessante d’échecs et de voir les projets des personnages systématiquement contrariés par des forces adverses. Comme si le sort s’acharnait sur eux. J’avais moi-même ressenti un agacement semblable à la lecture des Piliers de la terre il y a quelques années: Je construis les murs de ma cathédrale, tu me les démolis, je les reconstruis, tu me les redémolis et ainsi de suite… Sauf qu’ici, je n’ai vraiment pas eu cette impression. D’abord, il n’y a pas à proprement parler de redite. Ensuite, j’ai plutôt vu dans tout ceci une fascinante allégorie de la condition humaine. Ce que nous dit le livre, à mon humble avis, c’est que le sens de la vie résulte de la lutte pour la survie. Sans difficultés à vaincre, l’existence humaine n’aurait aucune finalité. C’est ce que nous démontrent, page après page, les personnages de Follet. Ou peut-être que je déconne à plein tube. Enfin, vous vous ferez une idée…

Évidemment, il faut accepter de remiser un peu sa sensibilité littéraire au vestiaire. Ainsi, il n’y a pas vraiment d’extrait du livre que j’aurais envie d’isoler et de présenter comme une perle d’écriture. Mais, pour le reste, question intrigue, c’est fort bien mené. On est dans les ligues majeures ici.

***

Version audio:

FOLLET, Ken. Un monde sans fin. [La Rocque-sur-Pernes, France] : Livres audio V.D.B., c2010., 5 CD MP3, ISN 9782846948289

Version imprimée:

FOLLET, Ken. Un monde sans fin. Paris: Lafont, 2008, 1285 p. ISBN 9782221096192 (Traduit de l’anglais par Viviane Mikhalkov)

***

Voir la fiche du livre sur Babelio

***

Ces Blogs ont également commenté le roman: Heaven of books; Adalana; Au bonheur de lire; Au fil des pages; Les livres de Vivi; Le Blog de Luna; Le monde de Lako; Belecteur; 1000-et-1; À propos de livres; Critico-Blog; Un coin de Blog; Le Blog des livres; Liretirelire;

***

Vérifier la disponibilité de l’ouvrage:

Publicités

6 réflexions sur “Un monde sans fin

  1. C’était un excellent roman en effet et tu en fais une critique fort sympathique. Ça donne envie d’aller lire ou écouter.

    Tenir le pavé entre ses mains au lit constituait en soi un exercice d’haltérophilie… Je comprends que tu aies choisi la version audio…

    Je n’ai jamais vraiment été tenté par le livre audio. Je loupe tout quand on me fait la lecture à voix haute. Ce n’est pas mon rythme, la voix que j’ai envie d’entendre ou encore que je m’étais imaginé et il faut se le dire ça doit être laborieux quand l’envie nous prend de sauter des passages…

    Je vais tenter l’expérience… exercices physiques en moins. D’autres titres à me suggérer?

    Luc

    • J’ai écouté le roman « Enfant 44 » en livre audio. Extraordinaire. Si tu ne l’as pas déjà lu, tu pourrais l’essayer dans ce format. Je m’étais tapé l’intégrale des Rois maudits de cette façon. Des voix splendides.

      A+

      Pierre

      • Euh, Les rois maudits? Un autre virevolte page. Un bon 200 heures d’écoute, j’imagine?

        Bon, je place une réservation sur «Enfant 44», voir.

        Les voix? Parisiennes?

        Luc

      • Des voix théâtrales, avec du coffre, comme dans le Cyrano de Jean-Paul Rappeneau au cinéma. J’adore.

  2. Bonjour,

    Voici une très bonne critique qui me donne envie de me replonger dans la ville de Kingsbridge… d’ici quelque temps ! Chapeau car malgré la qualité des Piliers de la Terre, il faut un temps pour « digérer » l’œuvre.
    Visiblement l’auteur parvient à faire preuve du même talent que précédemment… les personnages se ressemblent-ils ? Le mélange fantsay-vie quotidienne-roman historique est-il toujours d’actualité ?
    Je viens tout juste de la quitter (et d’en faire une petite critique)… et il a fort à parier qu’un nouveau passage ne soit pas exclu dans un futur proche.

    Bonne continuation

    Davalian (blog Kriticon)

  3. Je n’ai jamais tenté l’expérience d’un livre audio, mais je ne suis pas certaine que je choisirais un livre aussi épais… Je l’ai en version papier dans la PAL ainsi que La chute des géants, mais comme toujours les briques me font peur… Je finirai bien par tout lire ça un jour!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s